April 18, 2007

« Mais ça n'a pas été possible de partir »


Brigitte Lemaine : « J’ai beaucoup lutté pour arriver à réaliser mes films. J’ai dû surmonter les ignorances, le sexisme, le racisme anti-sourds et anti-maltraités ; l’incompréhension et la malhonnêteté des institutionnels, de la télévision, des producteurs. Bien souvent j’ai pensé émigrer tant je me sentais isolée, bien souvent ce sont les télévisions et les associations étrangères qui m’ont aidée. Mais j’ai toujours trouvé en France un interlocuteur, un soutien inattendu au moment où j’en avais le plus besoin. Ainsi j’ai pu vérifier que j’étais aussi dans le pays de la résistance et qu’on pouvait y semer les germes d’une nouvelle communication, non seulement pour les sourds, mais aussi pour tous ceux qui sont bâillonnés parce qu’on a toujours parlé à leur place. »

(...) Pourquoi vous êtes-vous autant intéressée aux sourds et au monde du « handicap » en général ?

J’ai été élevée, dès l’âge de 18 mois, par mes grands-parents, des sourds de naissance. J’ai donc appris très tôt la langue des signes, c’était quasiment ma langue maternelle, en tout cas c’était la langue que je parlais à la maison.


D'un entretien avec Brigitte Lemaine :
La langue interdite
des sourds

www.interdits.net

Des sous titres de « Témoins sourds, témoins silencieux », du documentaire, puis du bonus sur le DVD :

... Il faut considérer
qu'un tiers des adultes sourds
vivants à l'époque
ont été stérilisés
et ils étaient quand même
15 à 20.000.

Il faut dire si je dis adulte...
qu'il y a eu des excès
dans les écoles de sourds
où les directeurs
ont pris des classes entières
de collège, des enfants,
des adolescents,
des adolescents de 13 à 15 ans
qui ont tous été menés
dans les hôpitaux

sans le dire aux parents


C'était interdit aux sourds
de se reproduire.

Voilà pourquoi on stérilisait.


Ils commencaient à préparer le départ.
Il y avait les USA ou la Palestine. Oui, Israël.
Mais ça n'a pas été possible de partir
même aux USA, car ils refusaient les sourds.


Himmler ne lâcha pas prise.
Il déclencha l'action 14F13
où il visait les handicapés
et les mutilés de guerre

qui avaient été transférés
dans les camps d'extermination,
Auschwitz, Treblinka, etc...

La sélection était basée
sur des critères de santé,
des critères raciaux et politiques.


Cette expérience laisse
des séquelles à vie.
Si les déportés
ont du mal à être crus,
les sourds réscapés des camps
ne pouvant pas témoigner,
ont été oubliés.


Quand aux stérilisations
pratiquées dans la violence,
elles ont laissé
des souffrances à vie :
cicatrices douloureuses,
douleurs abdominales,
vie sexuelle difficile,
troubles dépressifs graves.

Ce qui était terrible,
- et ça m'est d'ailleurs arrivé
dans mes démarches
pour la réparation
des victimes sourdes -
c'est qu'après la guerre,
les bourreaux en blouse blanche,
ceux qui stérilisaient,
siégaient
comme experts au tribunal


Toutes les victimes
de stérilisation
sont passées par la mort psychique,
toutes ont des séquelles
si tant est qu'elles vivent encore.


Des séquelles de nature physique
et surtout psychique

Entretien avec Brigitte Lemaine
La langue interdite
des sourds

Pourquoi et quand la langue des signes a-t-elle été interdite ?


Elle a été interdite en 1880, à Milan, lors du congrès international des éducateurs pour sourds (où les enseignants sourds ne votèrent pas). Les entendants avaient décidé que la langue des signes était nocive pour les sourds, qu’elle les contraignait à rester entre eux, qu’elle contrariait l’acquisition de la parole. C’était l’époque du scientisme, on voulait tout résoudre par la science, grâce aux progrès de la technique et de la science on pensait pouvoir soigner les sourds. Il fallait donc qu’ils oublient cette langue archaïque et tout axer sur la méthode oraliste. La France, avec bien d’autres pays, a aussitôt mis en application cette interdiction qu’elle maintiendra jusqu’au début des années 1980.

Du bonus du DVD,
La Question du
témoignage
dans l'histoire des sourds


Cette langue - des signes - ayant été interdite
à l'enseignement
en France et dans le monde
à cause du congrès de Milan en 1880
et c'est vrai qu'elle s'est peut être un peu...
appauvrie, dénaturée.

Mais depuis 1992,
(Loi Fabius pour le bilinguisme)
en tous cas en France
elle revit et de nouveau...
les sourds sont fiers de leur langue.

Et Bernard Mottez...
ce sociologue dont je parlais tout à l'heure,
spécifie bien qu'au moyen âge,
on représentait le sourd
sous les traits d'un juif
ou le juif sous les traits d'un sourd...
Il y a cette exclusion...
jumelle presque, depuis très longtemps.


Moi j'ai des témoignages...
de personnes
prouvant qu'on les a déportées
certes parce que juifs
mais ils ont été tués
avant parce que sourds.
Ils ont eu un système...
différent,
ils ont eu un traitement différent.


Au terme des deux siècles étudiés ici, l'un des cercles placé dans la dépendance du centre, le cimetière, peut être qualifié de chrétien parce que en sont exclus les pécheurs non repentis, les suicidés, les hérétiques et les infidèles. (...) Au fond, les hérétiques des XIe-XIIe siècle, ces êtres qui, faute de pouvoir être appréhendés directement à travers leurs propres écrits, nous paraissent quelque peu fantomatiques, ne sont que de pures fictions, d'utiles repoussoirs permettant à ceux qui s'en démarquent de définir les traits constitutifs de leur identité collective. Le prix à payer de cette définition identitaire est l'émergence d'une société d'intolérance.

Page 262, 5.Repoussoirs
Ordonner et exclure
Cluny et la société chrétienne face à l'hérésie, au judaïsme et à l'islam (1000-1150)
Iogna-Prat, Champs/Flammarion


Berlin, 1. September 1939

Reichsleiter Bouhler and Dr. Brandt, M.D. are charged with the responsibility of enlarging the authority of certain physicians to be designated by name in such a manner that persons who, according to human judgment, are incurable can, upon a most careful diagnosis of their condition of sickness, be accorded a mercy death.

(signed) A. Hitler
De source German history docs


La Langue des Signes Française (LSF)

En France, c’est au dix-neuvième siècle, après que l'abbé de l'Épée (1712-1789) a redonné droit de cité à la LSF, notamment comme fondement à l’éducation des sourds, que l’on a commencé à analyser le système gestuel des sourds (en particulier, A. Bébian 1825 et Y.L Rémi-Valade 1854). Après une longue interruption, due à l’interdiction des signes prononcée au Congrès de Milan (1880), les travaux linguistiques ont repris, d’abord aux États-Unis, en 1960 (W.C. Stokoe) puis, progressivement, un peu partout à compter du début des années 1970. On en a fait émerger les structures, les éléments signifiants, la grammaire.

De source www.culture.gouv.fr


L’identité d’un individu est constituée de deux facettes en interaction : l’image qu’il a de lui, et celle que les autres ont de lui. Pour la plupart des gens, même si ces deux images ne sont pas toujours en adéquation parfaite, le décalage n’est pas tel que cela puisse générer des problèmes graves.

Il n’en va pas de même pour les sourds sur lesquels la société pose un regard négatif empreint de condescendance et de paternalisme : on parle d’eux en termes de handicap, de déficience, de réparation… Cette vision est à l’opposé de celle que les sourds ont d’eux-mêmes.

(...) Langue des signes française (LSF) pour la LS parlée sur le territoire français, Langue des signes québécoise (LSQ) pour celle parlée au Québec.

Il s’agit d’une commodité de dénomination, car au sein même de la LSF, par exemple, il y a de nombreuses variations régionales.

Ces variations s’expliquent par l’histoire de cette langue : ayant été interdite pendant plus d’un siècle (1880-1980), il y a eu rupture dans sa transmission et dans son évolution. Ainsi, dans chaque institut de Sourds s’élaborait un parler spécifique.

De Langue et Cité,
N°4, novembre 2004
Sur culture.gouv.fr.


(... )ce mémoire vise deux objectifs. Premièrement, promouvoir la reconnaissance officielle de la langue des signes québécoise puisque le fait d’avoir une langue accessible telle que la LSQ donne à la personne sourde tout le potentiel nécessaire à son implication dans la société québécoise, lui permettant une pleine participation sociale et économique. Deuxièmement, rendre le français accessible aux personnes sourdes et en conséquence, que les modifications nécessaires pour le faire soient apportées à la Charte de la langue française.

(...) L’éducation par le biais de la gestuelle allait donc primer, mais par la suite, les Clercs de St-Viateur et les Soeurs de la Providence impliqués dans l’éducation des personnes sourdes ont été intéressés par les méthodes orales qui se développaient en Europe dans la deuxième moitié du 19e siècle. Et, dès la fin du 19e siècle on passera à un enseignement oraliste à l’Institution des Sourdes-Muettes (1879) et à l’Institution des Sourds-Muets (1880). Mais la mise en place d’une éducation oraliste n’élimine pas complètement l’utilisation des signes dans les écoles puisqu’on maintien des classes dites « manuelles » pour certains enfants qui ne parviennent pas à développer une communication orale.

Pour une reconnaissance officielle de
la langue des signes québécoise (LSQ)
Montréal, Québec, mars 2001
...spl.gouv.qc.ca


LES SOURDS EXISTENT-ILS
Bernard Mottez
Textes réunis et présentés par Andrea Benvenuto

L'auteur a consacré en précurseur ses travaux à la surdité telle qu'elle est vécue, telle que chacun d'entre nous peut en avoir l'expérience, la surdité entendue dans un sens sociologique comme rapport, ou plus exactement comme rupture dans un rapport. La rupture se nourrit du déni, de l'intolérance et du racisme vis-à-vis des Sourds, au point de mettre en cause leur existence. Cet ouvrage est le récit de ce combat collectif contre le déni, dans lequel Bernard Mottez a tenu un rôle essentiel depuis 1975, pour que la langue des signes française et les Sourds soient enfin accueillis au coeur de la cité.

ISBN : 2-296-00119-X • février 2006 • 392 pages


- Les entendants en avaient décidé ainsi -


Posted 16 years, 9 months ago on April 18, 2007
The trackback url for this post is http://justice.cloppy.net/b.blog/bblog/trackback.php/1076/

Add Comment

( to reply to a comment, click the reply link next to the comment )

 
Comment Title
 
Your Name:
 
Email Address:
Make Public?
 
Website:
Make Public?
 
Comment:

Allowed XHTML tags : a, b, i, strong, code, acrynom, blockquote, abbr. Linebreaks will be converted automatically.

 
Captcha:
captcha image

Please type the content of the above image into the following form-field.