June 26, 2007

l'UNASEA réagit à la diffusion du reportage « Jamais sans ma mère »


Sur psychasoc : « Du bon usage des parents »

Extrait : A partir de là très souvent les travailleurs sociaux se lancent dans la chasse à la culpabilité et à son traitement. Le parent désigné comme coupable doit se plier ou se démettre. S’il accepte de collaborer, de faire tout ce qu’on lui dit : se rendre chez le juge quand il faut, accepter sans rechigner les placements, se contenter du droit de visite qu’on lui, impose, subir un thérapie dont bien souvent il ne comprend pas le sens, améliorer son logement, se mettre au régime, cesser de boire ou de se droguer… - j’en passe et des meilleures - alors c’est un parent qui est sur la bonne voie. S’il se soumet , c’est un bon parent. S’il se récrie, veut donner son avis, conteste les mesures, réclame son enfant, et fait valoir ses droits, il est mauvais : soit on le rejette, soit il faut le dresser.

« Jamais sans ma mère » réaction de l'UNASEA
Posté le 18. juin 2007 17:29
par dd, sur www.travail-social.com

l'UNASEA réagit à la diffusion du reportage « Jamais sans ma mère » de l'émission « Envoyé Spécial » diffusée le jeudi 7 juin 2007 sur France 2.

L'émission « Envoyé Spécial » du jeudi 7 juin 2007 sur France 2 traitait d'’un sujet grave : celui des enfants placés par décision de justice dans un foyer ou en famille d'accueil lorsque son maintien dans sa famille présente un danger.

L'angle de présentation choisi par les journalistes était de suivre des parents qui tentaient de récupérer la garde de leurs enfants pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE).

L'UNASEA, première fédération d’associations de protection de l'enfance à qui des enfants en danger ou en risque sont confiés sur décision judiciaire ou avec l'accord des parents, regrette notamment que ce reportage donne une
image partiale et partielle du travail réalisé par les services sociaux de protection de l’enfance, laissant supposer que les trois cas présentés représentent une majorité de situations.

Il est inacceptable que les travailleurs sociaux soient présentés comme des « voleurs d’enfants », agissant de manière arbitraire. En effet, il eut été plus objectif de témoigner aussi du travail accompli chaque jour avec compétence par ces professionnels auprès des 136 000 enfants placés et de leurs familles, dans le cadre de la mission d’'intérêt général qu'ils assurent.

Il est également surprenant que la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l'enfance soit réduite à une mesure de détection prénatale, alors qu’elle vise à favoriser une prévention précoce pour aider les femmes enceintes en difficulté. Par ailleurs, cette loi doit favoriser justement le développement de dispositifs alternatifs au placement, afin de répondre de façon la plus adaptée aux besoins des enfants et de leurs familles.

Il est donc tout à fait regrettable qu’'après la récente mobilisation de tous les acteurs de la protection de l'enfance pour réformer et améliorer le dispositif, une émission d'une telle audience traite de façon si caricaturale ce sujet complexe et sensible.

Paris, le 11 juin 2007


- Placés sur décision judiciaire ou avec l'accord des parents -


Posted 16 years, 7 months ago on June 26, 2007
The trackback url for this post is http://justice.cloppy.net/b.blog/bblog/trackback.php/1348/

Add Comment

( to reply to a comment, click the reply link next to the comment )

 
Comment Title
 
Your Name:
 
Email Address:
Make Public?
 
Website:
Make Public?
 
Comment:

Allowed XHTML tags : a, b, i, strong, code, acrynom, blockquote, abbr. Linebreaks will be converted automatically.

 
Captcha:
captcha image

Please type the content of the above image into the following form-field.