June 30, 2007

Marche des fiertés : « égalité, ne transigeons pas »


La haine envers les homosexuels reste bien vivace en France
LE MONDE | 17.05.07 • Mis à jour le 29.06.07, extrait

Débats, projections de films, réunions publiques, expositions : comme chaque année depuis 2005, la Journée mondiale contre l'homophobie a lieu le 17 mai. La date n'a pas été choisie au hasard : elle commémore la suppression, en 1990, de l'homosexualité de la liste des maladies mentales dressée par l'Organisation mondiale de la santé.


PARIS (AP) - La 7e édition de la Marche des fiertés (ex-Gay Pride) qui s'est déroulée samedi à Paris a de nouveau fait le plein avec quelque 700.000 participants selon les organisateurs et 600.000 personnes (400.000 marcheurs, 200.000 spectateurs), selon la préfecture de police.

Le rendez-vous était ce samedi 30 juin 2007 à Montparnasse pour le départ en direction de la Bastille. Au niveau du parc du palais du Luxembourg :





















PARIS (AP), 29 juin - Les organisateurs de la Marche des fiertés (ex-Gay Pride), qui se déroulera samedi à Paris avec pour mot d'ordre "Egalité: ne transigeons pas!", sont bien décidés à provoquer un nouveau dialogue avec les pouvoirs publics, avec en toile de fond des désaccords fondamentaux, mais aussi des lueurs d'espoir, suite à l'élection à la présidence de Nicolas Sarkozy.

L'Interassociative lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (Inter-LGBT), qui organise -sans aucune subvention- la Marche des fiertés depuis sept ans dans la capitale, rassemble en moyenne plus d'un demi-million de personnes dans la rue, faisant de cette manifestation, celle qui rencontre le plus gros succès en France.

"Nous avons eu avec Emmanuelle Mignon (directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, NDLR) un dialogue très franc, mais constructif", a expliqué vendredi à l'Associated Press Alain Piriou, porte-parole de l'Inter-LGBT. La pierre d'achoppement entre les parties est notamment la volonté du président de créer un nouveau contrat d'union civile qui donnerait aux couples homosexuels les mêmes droits en matière de succession ou de fiscalité qu'aux couples hétérosexuels mariés, mais pas ceux liés à l'adoption et à la filiation, poursuit Alain Piriou.

Et c'est là que le bât blesse. "En France, mariage et adoption restent liés. Toute filiation doit découler de l'union d'un homme et d'une femme", déplore-t-il, estimant que "là, on est bien dans l'idéologie".

Une situation d'autant plus paradoxale que "tout homosexuel célibataire peut adopter", note-t-il. Pour autant, "tout ce qui est lié aux droits concrets des personnes de même sexe" liées par un PACS, semble être validé chez Nicolas Sarkozy, en terme "de succession ou de fiscalité". L'Inter-LGBT note que si "le dialogue semble de mise, c'est finalement Nicolas Sarkozy qui décidera de tout". Au reste, un "pacte d'union civile qui ne concernerait que les personnes de même sexe serait une invitation à une politique de communautarisme, ce qui est contraire à notre Constitution et à la volonté de Nicolas Sarkozy", note M. Piriou.

L'Inter-LGBT salue par ailleurs l'engagement de M. Sarkozy en faveur de la création "d'un statut du beau-parent", pour lequel elle aura des propositions à faire, notamment dans les nombreux cas de familles recomposées. Autre point où elle note quelques progrès, celui de la lutte contre l'homophobie et l'aide à porter au sein des établissements scolaires à l'écoute des adolescents confrontés aux problèmes d'orientation sexuelle.

Un rendez-vous mercredi dernier au ministère de l'Education nationale a débouché sur la promesse d'une campagne par affichage dans les établissements scolaires ou encore sur celle de doter les enseignants de kits pédagogiques sur "l'acceptation de la différence", soit "un pas de géant par rapport à l'ancienne législature", selon l'Inter-LGBT.

La Marche des fiertés déroulera sa longue chenille musicale et colorée à partir de 13h30 à Montparnasse jusqu'à la place de la Bastille, où les marcheurs sont attendus par un dance-floor géant proposé par FG DJ Radio et où se produira entre autres les star des platines David Guetta, ainsi qu'une icône gay, Boy George lui-même. AP

Sur le Net: http://www.inter-lgbt.org

PARIS (Reuters) - Patrick Devedjian suscite l'indignation dans le monde politique, en particulier de la part d'élues de droite comme de gauche, après avoir traité de "salope" l'ex-députée centriste Anne-Marie Comparini.

PARIS (AFP) - Des centaines de milliers de personnes ont défilé samedi à Paris dans une cacophonie de musiques pour la traditionnelle Marche des fiertés (ex-gay pride) avec la volonté de peser sur le gouvernement et sa majorité peu favorables à leur revendication d'égalité des droits.

Environ 700.000 personnes participaient à la marche, selon les organisateurs. La police recensait 400.000 marcheurs et 200.000 badauds.

"Le dialogue, même difficile, avec la majorité doit se poursuivre à tout prix. Et si un jour on doit hausser le ton, on sait le faire mais ce n'est pas le moment", a déclaré à l'AFP Alain Piriou, le porte-parole de l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et transsexuelle (Inter LGBT, 60 associations).

Les élections passées, les partis politiques ne se bousculaient pas derrière la banderole de tête "Egalité, ne transigeons pas": si le PS était représenté par l'élue parisienne Anne Hidalgo, le PCF par la sénatrice Nicole Borvo et la LCR par Alain Krivine, le Modem n'avait envoyé personne et la présence de Jean-Luc Romero, conseiller régional, n'avait rien d'une représentation officielle de l'UMP.

Les fidèles, du maire de Paris Bertrand Delanoë à Jack Lang en passant par l'animateur Henry Chapier, ont cette année encore répondu à l'appel, fondus au milieu des militants associatifs et syndicaux (CFDT, CGT, Solidaires, FSU, etc), les plus nombreux pour cette édition 2007.

Une foule dense et bigarrée, rassemblant beaucoup de jeunes, de couples et de familles, s'égayait, sous un flot de drapeaux arc-en-ciel.

Les travestis et drag queens arborant des tenues aussi extravagantes que recherchées paradaient, mitraillés par les badauds venus au spectacle, bientôt assourdis par les musiques déversées depuis les chars.

Pour autant, déguisés ou non, les "marcheurs" gardaient à l'esprit le pan revendicatif de cette manifestation, à savoir l'accès au mariage et le refus d'une union civile réservée aux couples de même sexe proposée par Nicolas Sarkozy, ou la reconnaissance de la parentalité.

Dominique, 36 ans, son "fils" de 23 mois serré contre elle dans un foulard, aimerait se sentir comme "tous les autres parents de France". C'est sa compagne Céline qui est la mère biologique mais leur bébé lui "fait les mêmes sourires".

Elle souhaite "que les familles homosexuelles ne connaissant pas ce qu'elles ont vécu": des aller-retour pour se faire inséminer en Belgique, avec un coût (2.500 euros pour leur cas, avec 5 tentatives) qui réserve cette possibilité à une population plutôt aisée.

Les questions sur l'homoparentalité, l'adoption, "tout ce qui touche à l'enfant", c'est "le plus délicat" et "le gros débat du siècle", estime Eric Bonnet, 50 ans, venu avec sa compagne Francine, 67 ans.

Parmi les projets du gouvernement, ceux touchant à la santé sont vertement critiqués par les associations, dont Act Up, qui défilait avec des voitures grimées portant le slogan "Tirez sur l'ambulance, elle coûte trop cher".

"Si on applique des franchises à certaines consultations médicales ou certains soins, que va-t-il advenir des malades du sida ? du suivi des séropositifs ? de la prévention ?", lance Eric Marty, responsable de l'association.

A 16H00, le cortège s'est immobilisé pour observer trois minutes de silence en hommage aux victimes du sida, puis la place de la Bastille, terminus de la marche, a été peu à peu envahie par la foule et les décibels d'un concert techno.


- 500 000 personnes, marchant de Montparnasse à Bastille -



Posted 16 years, 7 months ago on June 30, 2007
The trackback url for this post is http://justice.cloppy.net/b.blog/bblog/trackback.php/1353/

Add Comment

( to reply to a comment, click the reply link next to the comment )

 
Comment Title
 
Your Name:
 
Email Address:
Make Public?
 
Website:
Make Public?
 
Comment:

Allowed XHTML tags : a, b, i, strong, code, acrynom, blockquote, abbr. Linebreaks will be converted automatically.

 
Captcha:
captcha image

Please type the content of the above image into the following form-field.