August 13, 2007

Le criminel de guerre nazi Heinz Barth est mort

BERLIN (AFP) - Le criminel de guerre nazi Heinz Barth, surnommé "l'assassin d'Oradour-sur-Glane" pour son implication dans le massacre commis en France par des SS à la fin de la Seconde guerre mondiale, est mort, a indiqué lundi à l'AFP le pasteur de Gransee, près de Berlin, où vivait Barth.

"Il est mort. Il avait 86 ans. L'enterrement aura lieu en septembre et je me suis déjà déclaré prêt à y présider, car tout le monde a le droit à un enterrement", a déclaré Heinz-Dieter Schmidkte, interrogé par téléphone.

L'ancien lieutenant nazi Heinz Barth avait été condamné à la prison à vie en 1983 en RDA pour crime de guerre et libéré en juillet 1997, à 76 ans, en raison de son âge, de son état de santé (il souffrait notamment de diabète) et des regrets qu'il avait exprimés pour ses actes.

Au total 642 civils, dont 247 enfants, avaient péri le 10 juin 1944 dans le village d'Oradour-sur-Glane, dans le sud de la France
, un massacre devenu en France le symbole de la barbarie nazie. Les victimes avaient été fusillées, noyées ou brûlés vives par des SS de la division blindée "Das Reich".

Barth a purgé au total 16 condamnations. Mais selon le droit allemand, la plupart des condamnations à la prison à perpétuité peuvent être commuées en peine avec sursis au bout de 15 ans, ce qui a rendu possible sa libération.

Sa remise en liberté avait à l'époque suscité un tollé, notamment de la part des associations d'anciens déportés.

Outre Ouradour-sur-Glane, l'ancien SS avait également participé à l'exécution de 92 personnes en 1942 en Tchécoslovaquie alors qu'il dirigeait une section du régiment blindé "Der Führer".

Après la guerre, Heinz Barth s'était caché en RDA sous une fausse identité.

Après la réunification allemande, comme il avait perdu une jambe lors de combats à la fin de la guerre, il avait obtenu en 1991 le versement d'une pension de "victime de guerre" de 800 Deutschmarks (DM) par mois (environ 400 dollars de l'époque), avant de devoir y renoncer dix ans plus tard.

Après une longue polémique dans la classe politique allemande
, le Bundestag avait en effet voté fin 2001 la suppression des pensions de dizaines d'anciens "combattants" mutilés ayant commis des violations des droits de l'Homme pendant la guerre.


- Sa remise en liberté avait suscité un tollé -


Posted 18 years, 4 months ago on August 13, 2007
The trackback url for this post is http://justice.cloppy.net/b.blog/bblog/trackback.php/1565/

Add Comment

( to reply to a comment, click the reply link next to the comment )

 
Comment Title
 
Your Name:
 
Email Address:
Make Public?
 
Website:
Make Public?
 
Comment:

Allowed XHTML tags : a, b, i, strong, code, acrynom, blockquote, abbr. Linebreaks will be converted automatically.

 
Captcha:
captcha image

Please type the content of the above image into the following form-field.