September 15, 2006

« C'est six ans de ma vie qu'on m'a déchirés »

PARIS (AP) - "En comptant mes enfants, c'est six ans de ma vie qu'on m'a déchirés", a déclaré vendredi Corinne François, relaxée jeudi par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer après avoir passé 22 mois en détention provisoire pour de présumées agressions sexuelles sur ses trois enfants.

Pour leur malheur, la justice s'était intéressée à Corinne François et à son compagnon en pleine affaire d'Outreau. Début 2003, le couple d'une trentaine d'années est incarcéré. Et Corinne François a raconté sur Europe-1 qu'elle s'est rétrouvée dans la cellule de Myriam B., la principale accusatrice et condamnée dans l'affaire d'Outreau. "Je suis arrivée vers 1h20 du matin dans la cellule 209, au 2e étage".

"Encore maintenant je n'arrive pas à imaginer ce qui m'est arrivé", a-t-elle dit. "En prison j'étais perdue, je ne mangeais presque pas, j'ai fait une grève de la faim de plus d'un mois pour faire comprendre que j'étais innocente", a-t-elle expliqué.

Dès le début, "pour eux on était coupables. On n'a pas eu de présomption d'innocence, pour eux on l'avait fait, terminé, point barre, hop! Ils voulaient classer l'affaire", a témoigné la mère de famille.

"Même moi je n'arrivais plus dans ma tête à réaliser le vrai ou le faux. Il y a un moment où on se dit: 'mais mince, est-ce que j'ai fait une erreur quelque part, j'ai pas vu quelque chose?'. Elle a reconnu avoir parfois "douté de (son) concubin".

Aujourd'hui Corinne François ne veut qu'une chose: "(ses) enfants" et "retrouver (sa) dignité". "Ma famille, ils ont été salis, ça, ça ne s'oublie pas", a-t-elle conclu.

Le 24 avril dernier, le parquet général de la cour d'appel de Douai avait fait appel de la condamnation à deux ans d'emprisonnement des six personnes condamnées le 14 avril par la cour d'assises du Pas-de-Calais dans l'affaire dite "Outreau bis". Sept personnes, les trois frères D., vivant ou ayant vécu avec les trois soeurs V., ainsi que la mère de ces dernières, étaient jugées pour viols, agressions sexuelles et corruption de mineurs sur dix de leurs onze enfants.

Dans ses réquisitions, le ministère public avait abandonné les charges principales de viols et requis des peines allant de deux à huit ans d'emprisonnement pour agressions sexuelles et corruption de mineurs à l'encontre des accusés et réclamé une peine avec sursis contre Renée L., la mère des soeurs V. AP


D'un échange dans un forum...

> La justice n'a pas fait son travail....Placement abusif.


Non, vous vous trompez. A supposer que vous même, sur votre propre dossier, vous ayez raison et que le ministère public vous rende votre fille, la justice aura été rendue.

La justice aura été rendue tardivement mais elle aura fini par être rendue.


Ne confondez pas avec les sentiments d'injustice auquel ces lignes vous renvoient, ce n'est là que le point de vue que soutiendront les juristes.

Dreyfus a été réhabilité, la justice - au sens que la concoivent le ministère public et les juristes - a été rendue.


C'est là la différence entre un fonctionnement normal de l'institution judiciaire, c'est lent, mais c'est comme ça, et un dysfonctionnement à proprement parler.


PARIS (AFP) - Le garde des Sceaux Pascal Clément s'est dit "troublé" vendredi par l'affaire du couple relaxé alors qu'il était jugé pour agressions sexuelles sur ses trois enfants après avoir passé 22 mois en détention provisoire.

Il est encore "trop tôt" pour parler d'un nouvel Outreau et "il faut vérifier tout ce qui s'est passé... Cela dit, cela me trouble comme vous", a commenté le ministre devant la presse, en marge de l'assemblée générale du Conseil national des barreaux (CNB).

"Il est indispendable que je puisse présenter les réformes qui font suite à Outreau et cet événement vient renforcer ce côté indispensable", a-t-il ajouté.

Pour Paul-Albert Iweins, président du CNB, qui représente la profession d'avocat, cette affaire "montre que des réformes sont urgentes, qu'on ne peut pas se permettre d'attendre un débat qui aura peut-être lieu après les élections présidentielles".

La réforme préparée par la Chancellerie "ne me convient pas par son aspect minimaliste mais tous les pas qui pourront être faits pour améliorer la procédure pénale, dont on voit régulièrement qu'elle peut conduire à des échecs graves, doivent être faits. Pour l'instant, on ne peut pas tout faire, je l'admet. J'accepte le premier pas", a-t-il indiqué à la presse.

Interrogé par l'AFP, André Vallini, ancien président de la Commission parlementaire d'Outreau, a de son côté jugé "urgent de réformer le système judiciaire" car cette nouvelle affaire semble relever du "même processus que celui d'Outreau". Il juge cependant "le projet du ministre nettment insuffisant".

"Il faut réformer la façon dont est recueillie la parole de l'enfant et apprendre aux magistrats à douter davantage qu'ils le font parfois", a ajouté le député socialiste, selon qui "il faut absolument aller dans le sens de regards croisés sur tous les dossiers".

Le couple relaxé jeudi était jugé par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Avec son compagnon de 34 ans, la jeune femme avait été incarcérée à partir de janvier 2003 après que ses trois enfants - âgés de cinq, huit et dix ans en 2002 - eurent raconté à leurs assistantes maternelles avoir été violés par eux.

Ces enfants avaient auparavant été placés - à la demande de la mère - après la condamnation d'un compagnon précédent pour agressions sexuelles sur eux.

Lors de l'instruction menée par des magistrats du tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer, là même où avait été instruite l'affaire d'Outreau, le couple a d'abord bénéficié d'un non-lieu pour les accusations de viols et finalement été poursuivi pour agressions sexuelles. Les concubins ont été maintenus en détention jusqu'en octobre 2004.

La question de la détention provisoire a été l'aspect le plus scandaleux de l'affaire d'Outreau: les acquittés avaient cumulé plus de 25 ans de prison.
Posted 19 years, 3 months ago on September 15, 2006
The trackback url for this post is http://justice.cloppy.net/b.blog/bblog/trackback.php/765/

Add Comment

( to reply to a comment, click the reply link next to the comment )

 
Comment Title
 
Your Name:
 
Email Address:
Make Public?
 
Website:
Make Public?
 
Comment:

Allowed XHTML tags : a, b, i, strong, code, acrynom, blockquote, abbr. Linebreaks will be converted automatically.

 
Captcha:
captcha image

Please type the content of the above image into the following form-field.