September 15, 2006

Remous

PARIS (Reuters) - Un jugement qui innocente d'accusations de pédophilie un couple de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) incarcéré durant près de deux ans a provoqué de nouveaux remous dans le monde judiciaire.

"Cela me trouble comme vous. Il est indispensable que je puisse présenter les réformes qui font suite à Outreau, et cet événement vient renforcer ce côté indispensable", a dit le ministre de la Justice Pascal Clément à des journalistes à Paris, en marge d'un déplacement officiel.

Le ministre a estimé qu'il était trop tôt pour parler d'un nouveau fiasco judiciaire, mais les avocats de la défense ont annoncé qu'ils intenteraient des procédures.

"Nous allons demander des réparations (...) Mais cela ne remplacera pas les années gâchées de cette famille", a dit à Reuters Me Emmanuel Riglaire, un des avocats du couple.

Corinne François et son compagnon Franck, prévenus d'agressions sexuelles sur trois enfants, âgés aujourd'hui de cinq à dix ans, ont été relaxés jeudi par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer.

Il avaient été incarcérés au début de l'année 2003 et libérés à la fin 2004. Les trois enfants étaient nés d'une première union de Corinne François avec un autre homme, lui-même condamné et incarcéré auparavant pour abus sexuels.

Dans un premier temps accusés de viols sur leurs enfants, Corinne François et son compagnon ont bénéficié d'un non-lieu de ce chef en fin d'instruction, tout en étant renvoyés devant le tribunal correctionnel pour agressions sexuelles.

D'après Me Riglaire, avocat de Corinne François, les charges reposaient sur des accusations des enfants portées devant les assistantes maternelles, chez lesquelles ils étaient placés depuis la première affaire concernant leur père.

Toujours selon l'avocat, des expertises médicales avaient montré dès le début de la procédure que les viols ne pouvaient pas avoir existé.


"C'est un gâchis humain incroyable, presque deux ans de détention, une famille déchirée tout ça pour rien", a déploré l'avocat. Il va demander le retour au foyer familial des trois enfants.

"On n'a pas eu de présomption d'innocence. Je veux retrouver mes enfants, ma famille a été salie et cela je ne l'oublie pas", a dit Corinne François sur Europe 1.

L'avocat a expliqué que sa cliente avait observé en vain une grève de la faim d'un mois en prison. Au début de son incarcération, elle se trouvait dans la même cellule que Myriam Badaoui, condamnée dans l'affaire de pédophilie d'Outreau.

Dans ce dossier judiciaire également instruit à Boulogne-sur-Mer, 13 personnes, dont 12 ont subi la détention provisoire, ont été innocentées en 2004 et 2005 d'abus sexuels sur des enfants, dans des conditions similaires. Un 14e accusé est mort en prison.

Une commission d'enquête parlementaire constituée après ce fiasco a avancé 80 propositions de réforme de la justice en mai dernier, partiellement reprises dans un projet présenté au début du mois par le ministre de la Justice.
Posted 19 years, 3 months ago on September 15, 2006
The trackback url for this post is http://justice.cloppy.net/b.blog/bblog/trackback.php/767/

Add Comment

( to reply to a comment, click the reply link next to the comment )

 
Comment Title
 
Your Name:
 
Email Address:
Make Public?
 
Website:
Make Public?
 
Comment:

Allowed XHTML tags : a, b, i, strong, code, acrynom, blockquote, abbr. Linebreaks will be converted automatically.

 
Captcha:
captcha image

Please type the content of the above image into the following form-field.